Robola

robola

La ressemblance des noms, ainsi que le fait qu´il est cultivé dans les îles ioniennes (près de l´Italie), a conduit certains à penser que le cépage Robola est identique à celui de Ribolla Gialla cultivé à l´Italie du Nord-Est. Cependant, des différences importantes rendent le Robola un cépage réellement unique et prometteur, au niveau tant de la morphologie que du goût. Un raisin qui, si cultivé et vinifié correctement, récompense les efforts faits par le viticulteur, en donnant vins blancs secs à caractère raffiné et à la faculté unique d´exprimer le terroir duquel ils proviennent.

Particulièrement sensible aux maladies, mais aussi à la sécheresse, le Robola a besoin des conditions specifiques pour déployer ses vertus. La Grèce centrale, et surtout les îles ioniennes sont les régions principales de sa culture, Céphalonie étant la plus connue. Là, il donne les vins AOP Robola de Céphalonie. En dépit de son caractère délicat – exigeant des terrains infertiles, de préférence montagneux – il s´agit d´un cépage particulièrement productif, ce qui fait que la restriction des rendements soit nécessaire pour un bon Robola. Il faut aussi être très attentif à la vinification, qui, en général, a lieu entièrement dans des citernes inoxydables, en raison de son caractère très oxydable. Mais lorsque ces deux conditions sont remplies, le vin Robola est caractérisé par une présence minérale «européenne», avec un corps modéré et une acidité exceptionnelle, des caractéristiques qui rapèllent un bon vin AOP Santorin ou – pourquoi pas – un Chablis, lorsque le vin est jeune, et un Riesling après quelques années!

En conclusion, l´élégant Robola peut offrir un «goût de terroir» sophistiqué qui, dans une époque de mondialisation des goûts, est certain de bouleverser les amateurs de la culture et de la civilisation du vin.